Menu

Contact

Contactez-nous pour plus de renseignements

Dr HANNEBICQUE 02.28.27.20.41

Dr LE JACQUES 02.28.25.59.64

Dr THONG 02.28.25.59.62

Prendre un RDV

Vous pouvez prendre rendez-vous avec le médecin de votre choix, soit directement en ligne sur Doctolib, soit par téléphone aux heures d'ouverture du cabinet.

Dr Benjamin Le Jacques Dr Phanarom THONG Dr Matthieu Hannebicque M. Arnaud Genet

Partagez


Compression du nerf ulnaire



Définition

Le nerf ulnaire est aussi appelé nerf cubital. La compression du nerf ulnaire siège au niveau du coude et se manifeste par des fourmillements, des engourdissements dans les deux derniers doigts de la main (annulaire et auriculaire). Beaucoup plus rarement la compression du nerf se situe au poignet.

Le nerf ulnaire est irrité lorsque l’on se cogne le bord interne du coude contre un angle saillant. On ressent alors une vive décharge électrique descendant dans les doigts. Il s’agit du même type de symptômes lorsque le nerf est comprimé au coude.

Dans les formes sévères, une faiblesse de la main peut apparaître, voire une insensibilité des doigts ou une déformation de la main.


Causes

Lorsque l’on reste longtemps en appui sur le coude ou lorsque l’on dort les bras hyper fléchis, le nerf ulnaire est progressivement comprimé dans un tunnel (gouttière épitrochléo-olécranienne).

L’épicondyle médial est le relief osseux de l’humérus que l’on peut palper en dedans du coude. C’est le point fixe où se réfléchit le nerf lorsqu’il descend du bras à l’avant-bras.

Le nerf passe dans une gouttière qui est fermée par de puissants ligaments qui vont fixer le nerf dans ce tunnel.

Une conformation étroite de ce tunnel et des efforts répétés en flexion extension vont étirer et entraîner une inflammation du nerf.

Cette inflammation produit un œdème autour du nerf qui se retrouve de plus en plus serré dans la gouttière.

Il est alors important de réaliser une intervention chirurgicale qui va sectionner les ligaments pour libérer le nerf avant que ce dernier ne souffre de manière irrécupérable.


Traitement

Dans les formes débutantes on peut tenter une orthèse d’extension du coude à porter la nuit afin d’éviter les positions en hyper flexion que l’on prend lors du sommeil. Mais cette solution n’est souvent que transitoire.

Le traitement est chirurgical dès que la souffrance devient importante. Il consiste à libérer le nerf ouvrant le tunnel trop serré. Le chirurgien pratique une courte cicatrice en dedans du coude puis incise les ligaments de la gouttière.

Le nerf ulnaire est écrasé et prend une forme rétrécie en sablier au niveau du tunnel. Il pourra une fois libéré reprendre progressivement son calibre normal.

On peut également faire passer le nerf en avant du relief osseux (= transposition antérieure) ou de recouper la saillie osseuse (ostéotomie de l’épicondyle) mais ces gestes complémentaires sont rarement nécessaires.

Quelles sont les suites post-opératoires ?

On réalise un très gros pansement qui empêche l’hyperflexion du coude. Il faut refaire ce pansement tous les 2 jours pendant 15 jours. Il faut éviter de fléchir le coude au-delà de 90° pendant les 3 semaines qui suivent l’opération, afin de mettre le nerf au repos.

La cicatrice reste sensible très longtemps et il est douloureux de s’appuyer sur le coude opéré, souvent jusqu’à 1 an après l’opération. Les fourmillements diminuent dans les semaines qui suivent l’intervention mais il est fréquent d’en garder jusqu’à 1 an ½ après l’opération. Dans les formes sévères, les fourmillements peuvent persister de manière définitive.

Partagez



ACTUALITES